Willen's Craft épisode 2



            Je n’avais vraiment pas prévu de finir le post à cet endroit là, mais respecter ma limite de 1200 mots m’oblige à remanier mon découpage. À vous de me dire si cela a été payant. Les trois épisodes qui arrivent seront probablement les plus étranges de cette série. Bonne lecture !








* * * 


            Une nuit d'hiver, vers les trois ou quatre heures du matin. Devant un gratte-ciel, englobé dans le silence, près du quartier des affaires endormi. Quatre silhouettes, cachées dans de gros manteaux, s'étaient collées derrière un arrêt de bus, à l'abri des regards et du faible vent glacial. Un homme menait une conversation à voix basse avec l'un de ses camarades portant une capuche bleu foncée qui dépassait de sa veste en cuir. Ils étaient seuls, uniques vrais reliefs sur cette place de béton vide.

« Il nous faut y aller maintenant...
_ Ca suffit! » Répondit l'autre d'un souffle agité. « N'oublie pas qu'on risque notre peau aussi dans l'histoire. Je ne peux pas partir avant de savoir si c'est vrai.
_ Encore cinq minutes et il sera trop tard! »

            Derrière eux, une forme recroquevillée. Une femme aux lèvres sombres et roses. Une large bosse sous son épais poncho. Quelques cheveux clairs, dépassants du col en fibres synthétiques. Elle devait abriter un enfant dans ses bras. La pauvre était hagarde. Son talon battait le sol à une vitesse effrénée. Le ton de la conversation monta encore:
« On y va, un point c'est tout! »

            L'homme qui venait de parler tourna brusquement la tête. Un grand fracas de poubelles renversées et de pneus crissant impacta le calme nocturne. De la berline banalisée qui venait de débouler devant la place, il ne vit d'abord que les reflets de lumière sur la carrosserie noire. La toiture du véhicule se déchira comme le couvercle d'une boîte à sardine dans un bruit métallique insupportable, et de là s'éjecta une forme brumeuse, une sorte de goudron devenu vapeur, léger et visqueux.
   En un clin d'oeil, il était là, juste devant eux. Ce visage blanc dont le cou était parcouru de veines mauves, dont les yeux surmontaient deux poches sombres, vivifiant cette lueur horrible au fond de ses prunelles. Un corps informe, d'une couleur similaire à la nuit, portait ce faciès surréaliste qui souriait de toutes ses dents.

   Azael.

            L'un des trois hommes sortit le revolver qu'il avait caché derrière son dos. Il ne fallut à leur opposant qu'un mouvement de tête et un petit rire pour plaquer ce naïf contre l'abri-bus, lui faisant perdre instantanément connaissance comme sous le choc d'une pression trop grande.
   L'inconnu à la capuche bleue s'avança alors d'un pas acharné, ses yeux rouges fixés sur les deux gouffres appartenant à l'être juste en face. Ils étaient aussi exsangues l'un que l'autre. Le plus jeune était un albinos aux cheveux blancs indisciplinés à peine cachés par son sweat-shirt. Ce seul détail avait suffi à le trahir.

« Hessienne... Ça alors, quelle bonne surprise. »
Sortant de tous les recoins du quartier, si paisible pourtant une minute plus tôt, une foule de policiers armés avançait prudemment vers les trois individus restant, regroupés autour de l'enfant toujours blotti sous la coupe de sa mère.

« Levez-vos mains! Je veux voir vos mains! » Avait lancé une voix un peu en retrait. Tous portaient le brassard vert.

            Azael leur jeta un petit regard réprobateur mais amusé, avant de ramener son attention vers sa cible. Il prenait beaucoup de plaisir à contempler l'impuissance de cet homme qui le fixait de toute sa colère. Usant de sa voix rauque marquée par un léger accent, il cru bon d'ajouter:
« Puisque tu ne lis pas les journaux, je vais te l'apprendre. Tu as été condamné à mort hier... par contumace, bien entendu. »

            Le regard attentif de l'albinos passa rapidement sur les troupes entre les colonnes de lumière artificielle, localisant tous les officiers à portée. Ils étaient dix. L'un d'eux était un tout jeune homme de même pas vingt ans aux yeux olive, qui se tenait un peu vers l'arrière garde, tel un petit écolier timide. Il n'avait pas choisi la bonne mission. Hessienne ôta la capuche de son crâne et sa main sembla se dissoudre dans la nuit. Elle se distordait et paraissait couler sur la chaussée, prenant l'aspect de l'être qui leur barrait la route.

« Reculez... »
Comme un boulet de canon, une masse noire pâteuse heurta Azael en plein visage, l'emportant au loin.
« Va-t-en! »

            Les hommes aux brassards verts s'écroulèrent sur le sol comme de vulgaires poupées de chiffon. Les quelques policiers restants se retrouvèrent figés, réalisant ce qu'il se passait en voyant leurs camarades inconscients. Devant eux, il y eut soudainement deux, puis trois Hessienne. Des leurres, sans aucun doute. Dans la confusion générale, la jeune femme pris son élan et disparut en s’engouffrant dans une rue mal éclairée, l'enfant toujours accroché à son cou sous le tissus, alors que ses oreilles s'emplissaient du son des coups de feu et des cris apeurés.


* * *


     C'est vraiment là que la difficulté commence, parce que les particularités de cette scène me poussent à opter pour un point de vue totalement non-conventionnel. À vous de me dire ce que vous en pensez dans les commentaires. N'hésitez pas à me décrire ce qui marche et ce qui ne marche pas.

     Je suis curieux de voir vos réactions.

EDIT: Blogspot a tendance à faire n'importe quoi avec la police et le type de caractère. Je vais essayer de comprendre d'où ça vient...

Commentaires

  1. Ah, en voilà une suite intrigante ! Ça me donne bien envie de découvrir la suite parce que jusque-là, je suis dans le vague.
    Mais j'ai deux problèmes (sans compter les erreurs de typographie qui, si j'ai bien compris, sont dues à Blogspot) :

    - D'abord, je trouve que les temps ne sont pas employés correctement. Parfois il devrait y avoir du passé simple, mais tu mets de l'imparfait ; ou quand ce devrait être de l'imparfait, on a du passé composé. C'est bizarre. À la lecture, ça sonne faux.

    - Deuxièmement, l'intervention d'Azael dans la berline est très rapide (ce qui est normal, puisque c'est une action soudaine), mais elle manque un peu de description je trouve. J'ai du mal à bien voir ce qu'est cet individu étrange. Je retrouve le même problème avec le technique de clonage d'Hessienne. Je n'ai rien vu venir – pas dans le sens où j'ai été surprise, mais dans celui où le résultat de son action est clairement écrit (il y a plusieurs Hessienne) alors que son action elle-même est à peine survolée (il ôte sa capuche et... Quoi ?).

    Sinon, j'aime bien la première phrase. C'est une phrase courte, sans verbe, qui pose d'emblée une ambiance lourde et tranchante. Tu ne perds pas de temps avec des mots inutiles. La première phrase est idéale comme ça, mais la seconde devrait peut-être quand-même être plus conventionnelle.

    Quant au point de vue, il est omniscient et ce n'est pas tellement inhabituel. En tout cas, il ne choque pas du tout et il nous permet à la fois de sentir la tension entre les deux individus étranges et l'incompréhension des autres. Comme je l'ai dit, il manque peut-être juste des descriptions plus approfondies.

    Continue sur cette lancée. J'ai de nombreuses questions !
    - Qui est cette femme ? Et l'enfant ?
    - Qui sont Azael et Hessienne (bien sûr) ?
    - Est-ce qu'Azael travaille avec la police (c'est bizarre qu'ils apparaissent en même temps et on dirait qu'il est venu arrêter Hessienne) ?
    - Qu'attendaient la femme, Hessienne et le troisième personnage dans la rue ? L'arrivée d'Azael ?
    - Est-ce que les humains connaissent les créatures qu'ont l'air d'être les deux bizarraroïdes ?
    - Est-ce que Azael est le méchant et Hessienne le gentil (comme on en a l'impression) ?

    Bref, il va falloir que tu assures ^^ Vivement la suite.

    Oh, la longueur est bien (un peu plus long n'aurait pas été dérangeant, mais comme ça on reste sur un bon moment de suspens).
    Désolée d'avoir écrit une montagne :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir que j'assure ? Si tu voulais me mettre méga la pression, c'est gagné. XD
      C'est bien, je vois qu'il n'y a pas que moi qui pond des romans en commentaire.

      Merci, d'avoir pris le temps d'écrire tout ça. Et c'est vraiment intéressant parce que la toute première version du texte avait beaucoup plus de descriptions que ça et j'en ai enlevé pas mal car je trouvais qu'elles faussaient la donne. On avait l'impression que l'action se déroulait de façon plus lente, trop lente par rapport à ce qu'elle devrait être. Cette scène est censée se passer très très vite. C'est pour ça que je voulais des descriptions aussi courtes que possible. C'est d'autant plus compliqué avec Azael, dont le corps ne semble pas être fait de matière telle que nous la comprenons. C'est difficile de faire quelque chose de succinct et de clair sur ce personnage.
      En revanche, j'ai un peu plus de mal à comprendre ce que tu voudrais que je fasse avec Hessienne. Ce n'est pas comme dans Naruto (:D) ou il doit faire des signes avec ses mains pour se cloner… Et je refuse de lui faire dire Kage bunshin no jutsu. XDDD
      Il n'a pas besoin de FAIRE quoi que ce soit pour être à plusieurs endroits en même temps. On ne peut pas voir ce qu'il fait. On peut voir le résultat, mais ce qu'il fait en soit ne peut pas être vu. Encore un personnage pas du tout compliqué à écrire…
      Je vais essayer de rendre ça plus précis sans rallonger la scène.

      Sinon, je n'ai jamais été bien rigoureux sur les temps. C'est bien que les gens me tapent sur les doigts quand le fais ça, ça me pousse à faire gaffe. Et je suis très content que le point de vue semble omniscient sur cette partie. C'est assez difficile à rendre pour plusieurs raisons. Si le texte reste compréhensible et pas trop étrange alors ça va. Le plus dur est passé. Et c'est très intéressant qu'à la fin tu demandes s'ils attendaient Azael… Mais je n'expliquerai pas pourquoi. :D

      Je vais poster la suite lundi je pense. Le texte en soi est prêt mais je voudrai le revoir avec ce que tu m'as dit en tête. Merci encore.

      J'ai vraiment beaucoup d'amour pour ce concept et cette histoire et j'aimerai vraiment pouvoir en faire quelque chose de bien...

      Supprimer
    2. Oui, mdr, j'ai compris que ce n'était pas comme dans Naruto ! XD Mais ça m'a laissée perplexe...
      On comprend très bien que la scène d'arrivée d'Azael et la transformation d'Hessienne se passent très rapidement. C'est logique en fait, alors des descriptions en plus ne ralentiraient pas le récit je pense (il ne s'agit pas non plus d'écrire un pavé, juste de quoi y voir plus clair ;) ).

      Supprimer
  2. Réponses
    1. J'essaie d'avancer le plus vite possible pour que l'on commence à avoir des réponses… Enfin vous en tout cas, moi je sais déjà. ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Liste: Les Blogs d'écriture

BuJo: Bondibook VS. Moleskine